Cette période estivale 2011 peut d’ores et déjà être considérée comme maussade à plus d’un titre.
Que ce soit pour la météo qui n’a pas gâté en juillet les belges restés au pays, mais aussi par rapport à la crise boursière que nous traversons encore actuellement.

En plein bouleversement financier, de trop nombreux actionnaires se ruent pour vendre, même à perte, leurs placements boursiers. Le malheur des uns faisant souvent le bonheur d’autres, ces ventes précipitées  leur permettent de racheter à petit prix les titres en spéculant sur un hypothétique jackpot futur.

Pour le « petit » épargnant, c’est donc une erreur grave que de liquider les titres sous le coup de l’émotion, de crainte de revivre la chute boursière de 2008-2009.
En effet, la majeure partie des experts du secteur restent plutôt optimistes quant aux perspectives boursières, entre autres, parce que les résultats financiers de la plupart des entreprises sont et restent solides.

Dans cette conjoncture difficile, notre rôle reste donc plus que jamais de demeurer à votre écoute et de vous offrir les conseils qui en découlent, tout cela afin d’éviter au maximum que vous soyez affectés par les turbulences des marchés…