La naissance d’un enfant met les jeunes parents face à toute une série de responsabilités qu’ils n’auraient pas présumées auparavant.
Parmi celles-ci, la question de « l’après » mérite que l’on s’y attarde quelque peu.


S’il peut paraître morbide d’évoquer la mort dans l’enthousiasme d’une naissance, cette problématique prend pourtant plus que jamais tout son sens auprès des jeunes parents.

En effet, quel avenir envisager pour un enfant qui verrait l’un de ses parents – voire les deux – pré-décéder ?

Trop souvent le belge a l’idée préconçue que ses héritiers toucheront un dédit de la sécurité sociale ou de la mutuelle s’il décède. Pourtant, exception faite de cas très particuliers (accident de travail, accident avec tiers responsable, …) rien n’est prévu.

L’assurance solde restant dû, généralement imposée par les banques – pour se protéger du non remboursement – lors de la souscription d’un prêt hypothécaire ne sera pas forcément plus utile.
En effet, elle servira juste à couvrir l’emprunt de la maison en cas de trépas des emprunteurs, un point c’est tout.

A supposé que la couverture avait été souscrite à 100% sur chaque tête, il n’en reste pas moins que le père- ou la mère - survivant devra continuer à assumer les charges de la famille malgré des revenus professionnels en berne. Il devra parfois même se séparer du bien immobilier pour faire face à ses obligations financières.

Vous l’aurez compris, face à cette problématique qui nous concerne tous, il est fortement conseillé de souscrire tôt un capital décès complémentaire, qui permettra d'assurer vos arrières et de ne pas hypothéquer l’avenir de votre chère progéniture en cas de coup dur.
D'autant plus quand on sait que le budget demandé pour cette prévoyance ne vous imposera pas de lourds sacrifices (voir exemple ci-dessous).

En général, on considère que le montant de ce capital décès doit correspondre au minimum à deux fois le salaire annuel perçu.


Exemple concret :

Monsieur B, non fumeur né en 1983 souhaite couvrir pendant 20 ans un capital décès complémentaire de 50.000 €*.

->   Coût annuel : 106,46 €     (soit 9,14 € par mois ou 0,30 € par jour...)

 

Plusieurs solutions étant possibles au niveau couverture décès, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. afin que nous fassions avec vous le point sur votre situation personnelle.

 

*Couverture en cas de décès par maladie ou accident