Lorsque vous achetez un nouveau téléphone, le vendeur ne manquera pas de vous proposer un contrat 'tous risques' pour le couvrir.

Cela vous surprendra peut-être, mais nous vous déconseillons d’y souscrire. Explications.

 

Nos téléphones portables nous accompagnent partout, et sont donc susceptibles de subir les pires contraintes : oxydation, humidité, bris d’écran : autant de causes de panne qui, le plus souvent, sont exclues de la garantie constructeur. Sans même parler du vol ou de la perte...

Face à ces risques, et parce que les téléphones ne sont pas donnés, certaines sociétés vous suggèrent une assurance tous risques.

Le problème est que les acteurs qui proposent ce genre de couvertures ne semblent pas soumis aux contrôles stricts qui sont exercés sur les autres contrats d'assurances belges. Ils peuvent donc imposer des clauses farfelues et souvent abusives, qui leur permettront, dans la majorité des cas, de réfuter leur intervention.

Obligation d’une utilisation « en bon père de famille » (qui permet de multiples interprétations), couverture supprimée après 2 pertes totales même si l’assurance n’est pas résiliée, déni par l’assureur, de son obligation légale de rembourser la prime versée dans certains cas, voire renvoi, en cas de désaccord, à l’ombudsman des services financiers de Grande-Bretagne !
Nous avons également eu le cas d'un client qui avait déclaré plusieurs fois son sinistre par téléphone comme cela était demandé, puis qu'on envoyait balader après plusieurs semaines invoquant le fait qu'il n'avait jamais déclaré le sinistre et était à présent hors délai.
..

Que dire enfin de la prime élevée généralement demandée pour (mal) couvrir votre appareil ? Les contrats de type « Platinium » destinés aux smartphones les plus chers de 600 € et plus reviennent à 200 € par an.

Si l'on devait appliquer ce taux de prime à votre assurance auto, vous payeriez 8.300 € l’an pour couvrir en omnium votre véhicule de 25.000 € ! Le tout assorti d'une franchise de 2.100 € en cas de sinistre. Une paille.

Sachant cela, vous comprendrez que nous ne pouvons, que vous déconseiller d'assurer votre GSM. Peut-être au moins jusqu'à ce que le législateur daigne s'intéresser de plus près à ce secteur, et y siffler la fin de la récréation.